Sélectionner une page

Facebook et Instagram ont chacun un algorithme qui essaie de nous gâcher un peu la vie. Ils nous avaient offert une belle visibilité, puis tout d’un coup ils ont décidé que les gens avaient trop d’informations qui circulaient sur leur flux et qu’il fallait le réguler. Ainsi, la portée organique des comptes professionnels, des pages baissent chaque année un peu plus. Alors on se dit que l’on va booster cette visibilité en mettant 2€, 5€, 50€ en publicité et contenu sponsorisé (Facebook Ads). C’est tellement facile à faire qu’on en oublie qu’il s’agit de l’argent de l’entreprise, qu’il s’agit d’un investissement, que cela fait partie de notre budget publicitaire. En fin d’année, toutes ces petites sommes additionnées finissent par faire un montant assez conséquent et la plupart du temps on n’a défini aucun chiffre concret pour vérifier si ces campagnes ont fonctionné ou pas. On a plutôt tendance à dire que ça n’a pas fonctionné car on n’a pas vu assez de clients acheter nos produits par ce biais.

SMA : 7 erreurs à éviter

Ce sont pourtant des outils puissants qui peuvent vous permettre d’atteindre vos clients potentiels, à condition de bien les utiliser. Alors voyons pour quelles raisons vos publicités n’ont pas fonctionné…

Si vous préférez la version audio :

1. Vous n’avez pas défini d’objectif clair avec un indicateur de performance précis pour pouvoir mesurer vos résultats.

  • Objectif : gagner en visibilité

Aujourd’hui Facebook offre de la visibilité aux contenus qui génèrent une réaction active : un commentaire, un partage, un partage via Messenger. Les j’aime, ou la lecture simple ne sont plus prises en compte. Il peut donc être utile de pousser votre contenu, de lui donner plus de visibilité, et/ou générer plus de trafic sur votre site. Avec ce type de publicité je vise à améliorer ma notoriété, pas les ventes.

Mais attention, tous les contenus ne sont pas faits pour être promus ! La portée organique est justement un premier bon indicateur. Si de façon naturelle, votre contenu n’a pas retenu l’attention de vos abonnés, il y a de fortes chances pour qu’il ne séduise personne de plus. Dans ce cas, demandez-vous ce qui n’a pas fonctionné, le thème ? le média ? le titre pas assez évocateur ?… Et créez pour la prochaine publication un contenu qui sera plus intéressant pour vos abonnés.

  • Objectif : booster les ventes

Lorsque je veux développer mes ventes, j’ai un objectif de conversion, et c’est là que c’est un peu plus compliqué. En effet, les utilisateurs de Facebook ou Instagram ne s’y baladent pas carte bleue à la main. Si l’internaute visite une boutique en ligne, ou s’il est sur Google est saisi « chaussures rouge de telle marque », on sait qu’il est prêt à l’achat, il est mature, il a fait une recherche précise et il va acheter. Dans notre cas, l’internaute est sur Facebook (ou Instagram) pour voir ce que partagent leurs amis, les pages qu’ils suivent, pour se divertir, s’inspirer… Il n’est pas dans une dynamique d’achat.

Pour pouvoir interpeller l’attention de ces internautes et leur vendre mes produits, il va falloir soit :

– Penser à des scénarios un peu plus longs. Cela peut-être de promouvoir un post où je leur offre un guide en échange de leur adresse mail, puis je vais leur envoyer des e)mails et informations intéressantes sur mon produits, des témoignages clients… jusqu’à ce qu’il soit mature à l’achat. Je peux aussi communiquer avec lui via messenger en utilisant ce nouveau format de publicité qui fonctionne très bien.

– En faisant une promotion afin d’attirer l’achat impulsif, en ajoutant une limite de temps, ce qui presse l’internaute à se décider. Il y a plusieurs techniques à utiliser, votre choix se fera en fonction de votre objectif, du temps pour l’atteindre et du type de produit ou service que vous vendez.

Bien entendu, en plus de définir mon objectif (vente ou notoriété), j’identifies mon indicateur de performance (KPI). Cela peut être le nombre de ventes, de téléchargements, d’inscrits, de trafic…

Facebook Ads : Commencez par choisir votre objectif de campagne

2. Vous n’utilisez pas les outils statistiques pour améliorer votre publicité

La plupart des annonceurs lance une publicité pour 1 semaine, 15 jours ou un mois, puis ils attendent la fin pour voir les résultats. La force de ces outils c’est justement que vous pouvez à tout moment consulter les données (nombre de vues / engagement / conversion), modifier votre campagne, l’arrêter… Vous devez profiter de cette agilité pour améliorer votre publicité et donc votre retour sur investissement.

Lorsque l’on signe pour un encart presse par exemple, une fois que le magazine est imprimé, je ne peux plus y revenir. Là, effectivement je dois attendre que tout soit distribué avant d’avoir des résultats. Sur Facebook ou Instagram, je peux retourner voir mes résultats au bout de 48h, et identifier l’indicateur qui ne fonctionne pas. Est-ce que c’est mon visuel ? Est-ce que c’est mon texte ?…

3. Vous utilisez qu’un seul visuel, qu’une seule annonce dans votre campagne

C’est un des avantages du web, dans la même campagne, je vais pouvoir tester plusieurs visuels. Dès le départ, créez 3 images, ou 3 vidéos, et/ou différents textes d’annonce. Vous pouvez en créer autant que vous voulez, mais le minimum est d’en créer 3. Vous laissez tourner votre annonce quelques jours puis vous observez les résultats, et ne gardez que les annonces qui fonctionnent bien.

Avoir plusieurs visuels permet aussi de ne pas essouffler les internautes qui voient trop souvent le même annonce, et peuvent finir par cliquer sur « ne plus voir cette publicité ». Il est important de ne pas lasser les personnes ciblées. C’est particulièrement important si votre campagne est faîtes pour durer dans le temps. Dans ce cas, je peux même profiter des événements saisonniers pour créer des visuels adaptés (Noël, Saint Valentin, automne…). L’idée c’est aussi d’éviter une image (ou vidéo) avec des personnes en maillot de bain alors que l’on est en hiver.

4. Vous n’exploitez pas tout le potentiel des capacités de ciblage de Facebook / Instagram

Ces réseaux récupèrent énormément d’informations sur nos comportements : nos centres d’intérêt (les pages que l’on aime), notre façon d’interagir (si on est plutôt un likeur, un commentateur, un partageur…), notre âge… Vous devez utiliser toutes ces données pour définir la cible de votre publicité. Il vaut mieux avoir une cible restreinte mais intéressée plutôt qu’une cible trop large qui va générer des impressions mais aucune action (à moins que ce soit le but). L’important n’est pas de plaire à tout le monde mais de cibler les personnes avec qui vous souhaiter travailler.

Facebook Ads : définir votre audience personnalisée ou similaire

Les capacités de ciblage vous permettent aussi de toucher :

  • Les personnes qui ont visitées votre site internet, ou même une page précise de votre site. Pour cela il faudra installer un « pixel de suivi » (une petite ligne de code à intégrer, ou une extension si vous êtes sur WordPress). Ainsi Facebook détecte tous les visiteurs qui ont un compte Facebook et peut leur afficher votre publicité, même si elle n’est pas encore abonnée à votre page.
  • De générer des audiences similaires. En d’autres termes, Facebook observe une liste d’audience que vous lui soumettez (par exemple, vos abonnés, ou les visiteurs d’une page précise de votre site), il repère les points en commun de ces personnes, et trouve tous les profils Facebook de sa base qui ressemblent à ces personnes. Vous créez ainsi un véritable vivier de prospects !
  • Votre propre fichier client, en l’intégrant directement en tant qu’audience personnalisée. SI vous avez participé à un événement, un salon par exemple et que vous avez récupéré des adresse mail, vous allez pouvoir les injecter dans votre campagne et cibler ces personnes (si elles ont un compte Facebook à cette adresse) afin de leur rappeler votre existence.

Ainsi en fonction de l’objectif de votre campagne, vous pourrez toucher l’audience idéale. Si je veux simplement que mon contenu soit vu par mes abonnés, je vais viser les fans de ma page. Si j’annonce par exemple un événement dans un lieu particulier, je peux viser les abonnés de ma page qui parle une langue spécifique ou même choisir une région.

5. Ne pas créer de page d’atterrissage

A moins que vous souhaitiez simplement booster la visibilité d’un post, ou d’un article, vous aurez besoin d’une « landing page ».

En effet, une fois que l’internaute a cliqué sur la publicité, il ne doit pas être envoyé sur une page d’accueil ou de contact. Ces pages ne sont pas du tout faites pour ça. L’idée est d’aller au bout de la démarche. Avec votre publicité vous avez fait une promesse, vous devez les accompagner vers une page qui ne parle que de ce produit, ce service, ce cadeau qui en montre tous les bénéfices, qui liste des témoignages clients, des preuves sociales… Tout ce qui peut le rassurer et le mener à l’action finale que vous souhaitez : acheter le produit, réserver une consultation de 30 minutes gratuite avec vous, télécharger un document, s’inscrire à un webinar… Sur cette page, il n’a pas d’autres possibilités, et c’est pour ça qu’il est venu, qu’il a cliqué sur l’annonce.

6. Vous n’utilisez pas les nouveaux formats proposés

Facebook vous propose de nombreux médias : le carrousel d’images, la vidéos, les formats dédiés aux mobiles, les vidéos, via Messenger… N’hésitez pas à vous démarquer en utilisant des formules qui ne sont pas encore trop usées, dont les internautes ne sont pas encore trop lassés. Il y a un moment où notre cerveau arrive à faire abstraction de certains éléments de la page (comme par exemple les publicités sur la gauche de Facebook). Notre regard est attiré sur la timeline.

L’idée est de vous différencier de tous les autres contenus qui vont défiler dans leur fil d’actualité.

Observez ce que font les autres, vos concurrents aussi, et surtout ne faites pas la même chose, trouver une autre façon de vous rendre visible, de surprendre. On est sollicité en permanence, les notifications, les mails, la déferlante d’actualités dans nos flux… la plus grande difficulté aujourd’hui est de capter l’attention des gens. Alors n’hésitez pas à sortir des sentiers battus !

7. Vous pensez seulement à votre contenu et pas à vos lecteurs

Est-ce que ce contenu va réellement changer leur journée ?
Est-ce qu’il va les faire sourire, leur apprendre quelque chose de nouveau ?
Est-ce qu’il va leur donner envie de le partager cette information avec un ami ?
Est-ce qu’ils vont avoir la sensation que vous avez compris le souci qu’ils ont à résoudre ?

En fin de compte, avant même de cliquer sur le bouton « promouvoir » ou d’aller sur le gestionnaire de publicité, vous devez planifier convenablement votre publicité, même s’il s’agit d’un investissement de 2 euros / jour !

La publicité sur les réseaux sociaux doit faire partie de votre stratégie de contenu, de votre scénario pour obtenir plus de visibilité et/ou de ventes. Apprenez à créer, organiser et planifier votre stratégie en 10 jours grâce à ma nouvelle formation en ligne, ou partagez vos astuces / difficultés en commentaires, je serai ravie d’échanger avec vous.

_

Epinglez ce contenu sur Pinterest:

VOUS AIMEREZ AUSSI :

Pin It on Pinterest